1559712_10151872608608364_1084679876_n

 

"Si je devais utiliser deux artistes pour qualifier le travail de Cécile Durand-Mignard, je pense que je retiendrai Banksy (notre robin des bois du street art s'est d'ailleurs fait démasqué il n'y a pas si longtemps que ca) et C215 pour sa poésie. Mais vous le savez déjà, chaque artiste est unique.


ET ce peindre, cette femme, se démarque par son authenticité apprivoisée par des codes street bien à elle.

IMG_9261

Ce qui m'a le plus frappé par cette artiste, hormis un renouvellement constant dans la recherche calligraphique et la qualité de ses pochoirs pour faire vivre ses personnages, c'est le choix des couleurs ! Il y a là un véritable génie dans le choix de celles-ci qui sont bordées par une déconcertante précision de sa bombe et de son pinceau. Des coulures, dégradés et ombres naissent une fragilité et une sensibilité cachées derrière une description de notre société.

Mon équipe a eu le plaisir de découvrir en grandeur nature un jour l'une ses toiles. A chaque fois, une histoire est contée dans le visage de ces gens ( un bébé, une femme, un voyageur ...) qu'elle peint si facilement.
Si vous avez 5 minutes, profitez de ce bonheur visuel rien qu'un instant, vous ne serez pas déçu de ce détour..."

 

 

  Nourrie de culture artistique contemporaine, mais aussi classique,  et passionnée par les mouvements créatifs underground du street art, du graphisme, du numérique, de l'électro, du jeux vidéo, de l'Asie, des écos projets, Cécile Durand-Mignard travaille sur toile des mixs visuels (ou sonores). Ils sont sa vision du monde, parfois noire....Mais ça n'est pas pour autant que ses toiles ne sont pas en couleur....

"Je parle de l'Homme, de son devenir, de ses rêves, du monde actuel, entre no futur et rêve d'Icare,  j'y mets tout ce que j'aime, tout ce que j'ai "noté" et comme a dit Picasso, après, les choses s'arrangent entre elles.."

Peintures carnets de croquis, ou peintures de paysages, ceux que l'on voit dans nos tentacules urbaines, des fragments urbains... représentations de poésies idéales, de hasards, de rencontres plastiques, de superpositions d'où émergent des mots et des visages. Une façon de ramener le paysage à l'" espace du dedans ".

IMG_1132



 Les paysages urbains désignent des paysages de villes ou d'éléments de ville (cela peut -être une vue de Paris ou bien une petite rue, un parc, une scène de vie dans la rue...)  L'art urbain est l'un des plus captivants mouvements de l'histoire de l'art, et nous n'en sommes qu'au début ! Pochoirs, tags, collages et même tricot, la diversité de ces arts explose.C'est un mouvement mondial, dans l'air du temps.La rue sera une composante incontournable dans le paysage des musées d‘ici 20 à 30 ans. Pour beaucoup de créatifs, les labyrinthes de béton et les sinistres ensembles de bureaux apparaissent comme une véritable incitation à l‘embellissement illégal.

Une critique en règle contre ce monde qui ne tourne pas rond ?

En ce qui concerne le street art, on peut dire qu'il s'agit d'un art qui peut prendre des formes très diverses: il est cependant ephémère et peut être recouvert. C215 explique bien que " Quand je fais une œuvre dans la rue, je l'abandonne sans visée commerciale, espérant qu'elle évoluera... ou pas. L'altération fera son œuvre sur ma création, un autre artiste passera, peindra dessus et elle deviendra autre chose."
La question des strates et de l'écriture, de la fabrication de matières, ainsi que  la question de l'image  du dessin, du bien fait-mal fait. ont toujours été au coeur de mes préoccupations plastiques, et aussi dans mes recherches à l'UFR d'Arts plastiques de Paris St Charles..Je travaille par longues couches sucessives,  dans l'idéal sur un support altéré déjà, non pas pour recreér un mur, mais pour l'idée même du recouvrement comme démarche plastique incontournable , à l'image d'une évolution parfois ingérable.La toile blanche quelle angoisse ! Elle doit s'assumer alors comme "objet de peinture" et en tant que tel. Je représente ensuite,  au spray, au pochoir, de simages, des mots, des graffitis, des tâches...   L'altération de la peinture, des pochoirs, le bad painting y sont présents à l'image de l'homme qui a tenté de réaliser du parfait, du précis, du fait machine, mais n'est que tremblant, imprécis et sensible.

"Le paysage urbain aujourdhui est un mélange complexe et saturé d'écritures, de lignes, de matières, de murs, de papiers, de mots, et d'images. Ce qui me fascine c'est l'émergence d'un art, d'une image d'une forme sensible dans ce capharnaüm  urbain. J'en fait ma peinture, parfois aussi de la musique samplée, sur le même principe. " 

1016

 
Bonne visite, n'hésitez pas à me laisser vos impressions, vos envies, vos critiques, vos contacts, vos recettes, vos collaborations.