bae36218b33dac02f7ddac5313bcf7be
Découvrez ma nouvelle série de peintures cet été, autour du voyage, des voyages. 

Vos toiles « parlent de l'Homme, de son devenir, de ses rêves, du monde actuel, entre no future et rêve d'Icare », dites-vous. Ce désespoir et cette quête folle ce sont des carburants ?


On parle communément de l'univers de l’artiste  comme s’il s’agissait à chaque fois d’un monde différent du notre.
Je travaille autour des symboles, de la spiritualité et du Chaos. Je parle du monde comme je le vois, comme une réalité déconcertante;  comme je l'aime et le déteste à la fois, beau et laid. Mes toiles sont le reflet de mon âme, de mon expérience,de mes joies et de mes douleurs, de mes forces et de mes faiblesses, de mes espérances et de mes doutes.
Bien sûr que le désespoir est un carburant puisqu'il est omniprésent dans notre société, il est l'un des liens affectifs dont je parlais précédement et dans lequel chacun d'entre nous retrouve une part de son histoire car le désespoir est devenu une réalité.
« Cette quête folle » c'est l'espoir qui subsiste ! La possibilité de vivre dans un monde meilleur.
Ce qui m'intéresse c'est de figer l'état de la société actuelle comme un portrait global et sensible, le paradoxe d'un monde à la fois sombre et en couleurs.