Ma peinture est influencée par le street art qui rendu familiers les surimpressions et surcharges, les coulures et déchirures, les débordements et décadrements, annoncés par l’abstraction lyrique, l’art brut, la photographie humaniste, les Nouveaux réalistes.
Il a développé une contre-esthétique du palimpseste, du chantier et de la friche. Il a fait de l’abandon un motif de retrouvailles. Il a converti les marges négligées en centres d’intérêt.
Et on devint sensible à la beauté d'une vielle porte.
A l'esthétique d'une tache de couleur et d'un trait qui tremble.

 

itinerarebis_19040

 

 

wear_your_life_jacket_1_9060